Croquettes de cabillaud, sauce tomate & menthe

 
Croquettes de cabillaud, sauce tomate& menthe ©TheFlyingFlour

Une recette d’Ottolenghi, qu’on ne présente plus. Le combo poisson/tomate/menthe est surprenant et addictif. Une recette très simple, et très saine, à réaliser en toutes saisons à vrai dire. Bon appétit !

Temps de préparation : 25-35 minutes (ou plus, en fonction du temps de repos de la pâte au frais)
Temps de cuisson : 5 minutes
Temps total : moins d'une heure

Pour 4 personnes

Pour la sauce tomate

  • 3 cuillères à soupe d'huile d'olive

  • 1 oignon moyen émincé

  • ½ cuillère à café de cumin en poudre

  • ½ cuillère à café de paprika doux

  • 1 cuillère à café de coriandre en poudre

  • 12,5 cl de vin blanc (Sauvignon, Chardonnay…)

  • 1 conserve de tomate concassée (400 g)

  • 1 piment rouge épépiné, émincé

  • 1 gousse d'ail émincée

  • 2 cuillères à café de sucre en poudre

  • sel/poivre

  • 2 cuillères à soupe de menthe ciselée

Pour les croquettes

  • 60 g de pain (rassis si vous avez), sans croûte

  • 600 g de filets de cabillaud (ou du flétan, du lieu)
    il faut juste qu’il soit sans peau et sans arêtes

  • 1 oignon moyen émincé finement

  • 4 gousses d'ail émincées finement

  • 30 g de persil plat ciselé

  • 30 g de coriandre ciselée

  • 1 cuillère à soupe de cumin en poudre

  • ½ cuillère à café de sel

  • 2 oeufs fermiers

    -

  • 4 cuillères à soupe d'huile d'olive

    -

  • Du riz basmati pour accompagner

Croquettes de cabillaud, sauce tomate& menthe ©TheFlyingFlour

Commencer par préparer la sauce tomate. Dans une grande poêle (on va finir la cuisson des croquettes dans la sauce dans cette poêle), faire chauffer l’huile d’olive, et ajouter l’oignon et les épices, laisser cuire 8 à 10 minutes jusqu’à ce que l’oignon soit translucide et les épices bien mélangées à l’oignon. Ajouter le vin, et laisser cuire 3 à 5 minutes.

Verser la tomate concassée, le piment émincé, l’ail, le sucre, le sel et quelques tours de moulin à poivre, remuer et laisser mijoter à feu doux pendant 15 minutes. La sauce doit être assez épaisse. Goûter, rectifier l’assaisonnement et réserver à feu très très doux pendant la préparation des croquettes.

Croquettes de cabillaud, sauce tomate& menthe ©TheFlyingFlour
Croquettes de cabillaud, sauce tomate& menthe ©TheFlyingFlour

Dans un petit robot, mixer le pain (si il est rassis, c’est plus simple), sinon je le passe un peu au grille-pain si il est trop mou. À l’aide d’un bon couteau, émincer le poisson en très petits morceaux (sans le mixer!) et le mettre dans un saladier avec les miettes de pain et tous les autres ingrédients, sauf l’huile d’olive. Bien mélanger, et à l’aide de ses mains, former les croquettes, en pressant pour qu’elles soient assez compactes (on parle plutôt d’une forme de palet de hockey plutôt que d’une balle de golf). Normalement, ces quantités font 8 croquettes de 8 cm de largeur et 2 cm d’épaisseur.

Si vous trouvez qu’elles sont molles, il suffit de les mettre au frais pendant 30 min pour qu’elles se raffermissent.

Croquettes de cabillaud, sauce tomate& menthe ©TheFlyingFlour
Croquettes de cabillaud, sauce tomate& menthe ©TheFlyingFlour

Dans une poêle anti-adhésive, à feu vif, faire chauffer les 4 cuillères à soupe d’huile d’olive restantes, et faire dorer les croquettes pour qu’elles soient bien dorées de chaque côté. Ne pas hésiter à rajouter un peu d’huile d’olive si besoin. Quand les croquettes sont dorées, les déposer au fur et à mesure dans la sauce tomate. Verser un peu d’eau chaude pour les recouvrir un peu (20 cl suffisent). Couvrir avec un couvercle et laisser mijoter à feu doux pendant 15 à 20 minutes. Quand c’est prêt, enlever le couvercle et laisser reposer 10 min hors du feu, les saveurs n’en seront que meilleures à la dégustation. Parsemer de la menthe ciselée juste avant de servir, et servir avec du riz basmati nature.

bon appétit !

Croquettes de cabillaud, sauce tomate& menthe ©TheFlyingFlour

Sets de table, Merci - Assiette La Trésorerie - Plat Le Creuset

Cette recette est issue du livre Jerusalem, d’Ottolenghi, qu’on ne présente plus. Article du blog sur le livre à lire ici